N° du set60192
FranchiseCity
CollectionArctique 2018
Nb de pièces200
Nb de minifig.1
Âge conseillé6+
Prix max. (2019) 19,99€

Pourquoi ? Pourquoi continuer à s’acharner à déballer à la fois mes singulières pensées et mes sachets de Lego sur ce site ma foi bien différent de ce que je faisais auparavant (comme par exemple me découper les doigts avec un couteau à pain ou tenter de gagner au loto sans y jouer par la puissance de la pensée positive) ? Nul ne saurait vraiment y répondre, mais peut-être ai-je ici trouvé mon salut, et de façon complètement involontaire, trouvé une façon d’exprimer m… ma… mon… Enfin je sais pas trop mais de l’exprimer, bordel de sac à nouille (oui j’ai des enfants, j’invente donc de nouveaux jurons) !

Et attention mes lardons (je vous appelle comme je veux, on est ici chez moi après tout), car là, y’a du lourd, c’est un peu mon coup de cœur de 2018 en Lego. En montant et jouant avec ce set, j’ai compris ; compris que Lego avec la collection arctique renouait par des machines absurdes avec des images qu’enfant j’avais en têtes en défonçant les casques de mes Lego Espace des années 80. Oui, c’est vieux, pas besoin d’être désobligeant non plus.

Allez c’est pas tout ça, mais y’a 200 pièces, et elles vont pas se monter toutes seules, en avant mes bons, déballons :

Ça y est, enfin on rentre dans le vif du sujet, comme on dit dans l’Inquisition Espagnole.

– Le montage –

Le montage se passe en 3 parties. La première concerne la mise en place d’un petit rocher glacé renfermant une souris pré-historique, ainsi que le montage de la mini-figurine du pilote. A ce sujet il semblerait que le Véhicule Arctique ne possède pas le chauffage de série, vu que cette dernière mini-figurine est gantée, emmitouflée et avec une bonne grosse tasse de café au chaud (nous y reviendrons) pour affronter la bise à -40° du coin. Le second montage concerne le châssis du véhicule tandis que la dernière partie se concentre sur les membres et les coques.

Dès lors, tous les sets de la gamme Arctique vont désormais proposer ce type de découpage Glace/Châssis/finition, permettant notamment aux enfants éventuels de jouer avec la première partie du set qui représente la partie à excaver avec les engins des secondes et troisièmes parties. Plutôt malin quand la plupart d’entre eux, bien que pas toujours compliqués, ne se montent pas non plus en 5 minutes les yeux fermés.

On prendra le temps d’admirer la mini-figurine de notre pilote drogué au café comme il se doit, en pensant, émus, au lémurien zombie qu’il va bientôt libérer de sa prison de glace.

De tous les sets arctiques récupérés jusque là, c’est celui possédant le capital temps de construction/jouabilité/intérêt de la construction le plus élevé. Un véritable petit bijou utilisant quelques pièces connues dans des configurations un peu différentes de ce que l’on a l’habitude de voir, chapeau au designer du machin, c’est chouette.

Durant le montage les deux parties les plus intéressantes sont celles entourant le moteur avec ses différentes bouches d’aérations lui permettant de refroidir et son compartiment attenant … qui profite de la chaleur du moteur pour maintenir au chaud le sacro-saint café du pilote. Surtout qu’avec une seule tasse pour toute la journée il a intérêt à le garder au chaud ! Le café est d’ailleurs un des fils rouges reliant la conception des sets arctiques. Les membres de ce quadripode d’un monde enneigé mais pas du tout impérial (#musique_tonitruante) sont particulièrement bien conçus pour être robuste, et je n’ai pas eut à les remettre en place une seule fois malgré un enfant de trois ans essayant de tordre le bidule dans des positions improbables, bon point.

Plus de moyen, une ébauche de scénario et une fin bâclée parce que YOLO, Hollywood n’est plus très loin d’adapter ça en « live action movie ».

– Interactions et Univers –

L’idée d’avoir un support pour interagir avec (ici des blocs de glace à forer/couper/soulever) reste excellente. Assimilé ou non avec les sets 60190 et 60191, le Véhicule Arctique remplit parfaitement tous les rôles, que ce soit celui du constructeur de Lego ou du joueur, tout ce petit monde prendra son pode comme il se doit.

Raymond regarde ce que j’ai chopé

Le gros point positif c’est surtout ces membres mobiles qui constituent le moyen de déplacement simple et funky de ce Véhicule Arctique. Quand tout le reste de la collection se déplace sur patins et/ou sur roues, celui-ci propose une vision de la gamme bien plus rafraichissante. L’espace de l’habitacle est certes un peu réduit, mais il est compensé par l’espace arrière qui conserve le divin café. Il est à noter que les poses que peut prendre le bordel sont toujours sympathiques

Y’a tout juste la place de conduire. Mais bon quand on vient autant en dessous de l’équateur, on ne s’attend pas à vivre nu dans un confort divin j’imagine…

– Conclusion –

Je ne sais comment le dire autrement, mais ce set est parfait. Pour le prix qu’il coûte il possède un nombre de pièces satisfaisant, un montage qui, sans être d’une complexité à vous faire perdre la tête, possède ses moments de grâce (Léa Salamé si tu nous lis, on pense à toi) et surtout conviendra aux fans du diorama Lego autant qu’aux gens qui veulent juste faire « BRRRR BRRR BRRRRR BIP BIP BIIIIIIIIIIP CRRRRRRRRRRRRRR » très fort avec la bouche en jouant (soit disant avec leur fil/neveu/ami imaginaire). Le design de la bête est vraiment élégant et le rapport de taille glace/véhicule largement en faveur de ce dernier. La mini-figurine est très sympathique (bien qu’elle est disponible dans d’autres sets de la gamme) et … ben c’est déjà bien non ?

C’est beau comme une statue grecque, le pénis à l’air libre en moins.

Must have de la collection, pour un peu que vous ayez une âme, le Véhicule Arctique est un petit bijou du savoir-faire Lego en matière de design farfelu et de création, savoir-faire que je trouve parfois un peu en retrait dans d’autres propositions de Lego notamment par l’ajout de coques moulées qui ressemblent parfois plus à des pièces de Playmobil qu’à ce que l’on est en droit d’attendre en terme de construction. En tout cas sur celui-ci, point de coque moulée prenant 1/6 du volume total, non, tout est à bâtir brique par brique et c’est tant mieux. Allez ça vaut largement ses 20 euroboules !

Allez bisous les gens on se retrouve au prochain billet !

PS : Oui la vidéo ne dure pas quatre minutes, j’ai un peu surestimé mes capacités en terme de stop motion lorsqu’il a fallut déplacer le quadripode. On fera mieux la prochaine fois parce qu’on attend un peu un final qui n’arrive pas, je sais.