N° du set60193
FranchiseCity
CollectionArctique
Nb de pièces277
Nb de minifigs2 (+1)
Âge conseillé6+
Prix max (2019)29.99€

C’est quand même pas mal les vacances, quand bien même elles ne sont jamais assez longues ; assez longues par exemple pour nous permettre d’oublier à jamais la moustache et les grosses « blagues » graveleuses de Jean-Pascal, énergumène qui échappe encore et toujours au phénomène #metoo malgré le fait que son existence même devrait suffire à le retrouver en tête des tweets. Pas assez longues, mais quand même, ne pas aller travailler, en plus d’être l’activité la plus chouette entre ici et The Voice, c’est aussi la possibilité de se remettre sérieusement au démontage et décorticages d’enfants de Lego, et ce pour notre plus grande joie.

Retour pour nous tous dans les steppes gelées, et les déserts glacés de l’arctique, à la découverte d’on ne sait vraiment quoi, mais avec des gros machins qui roulent au gazole, c’est notre coté écologie gouvernementale. J’attends avec impatience la série de sets Lego, Forer les fonds marins d’ailleurs. Bon à part faire mon bobo moralisateur du web qui critique les autres avant de se regarder soi-même, je sais apprécier la qualité des petits sets Lego comme ceux de cette collection Arctique, dont le dernier test a été un de mes plus grands coups de cœur en Lego. Il va donc être temps de poursuivre notre chemin dans l’exploration des sets de cette gamme, et ce avec le 60193, l’hélicoptère arctique, donc.

Nous ne bouderons pas notre plaisir plus longtemps, il est grand temps d’ouvrir la boîte, Dieu je n’y tiens plus, donnez-moi la force de survivre à l’attente !

Au premier coups d’œil, on remarque que va y avoir du taf pour en faire un hélicoptère…

– Le montage –

J’espère honnêtement que personne n’est allergique à la couleur orange, car désormais qu’on rentre vers les sets à plus de 200 pièces de la collection arctique on va en bouffer par palette de douze comme on dit dans le jargon de la logistique. On retrouve aussi le fameux schéma de construction logique propre à cette collection, schéma se voulant ludique ; à savoir : objet à déblayer -> outils servant à déblayer. Ici petite folie (wouh) de la part de Lego, on commence par construire un véhicule terrestre avant de construire la cage de glace à récupérer, mais nous en parlerons juste après un petit tour d’horizon des mini-figurines proposées dans ce cet.

Lego nous met en scène deux mini-figurines, plus une figurine de tigre à dents de sabre, qui vaut vraiment le détour, ça change de la souris ou de la libellule tampographiée, c’est sûr. On a un personnage clairement féminin de pilote et un autre, non genré et donc pansexuel j’imagine, personnage se trouvant être l’éclaireur pilotant le véhicule terrestre. Peu d’outils comparativement au nombre de figurines dont la totalité iront sur le quad.

Trois jolies figurines mais peu d’outils, on ne se plaindra pas, les figurines d’animaux un peu exotiques et aussi sympathiques que ce tigre ont longtemps été assez rares.

La construction commence donc avec un Quad simple mais efficace. Comme toujours quand Lego doit faire avec peu de pièces, on voit la maitrise des designers pour faire quelques chose de propre et convainquant. Comme dit plus haut, c’est sur ce petit véhicule que seront stockés l’intégralité des outils de cette partie de l’expédition. Le but j’imagine est de fournir à nos charmantes têtes blondes qui sautillent d’excitation en voyant la boite depuis 45 minutes de quoi nous lâcher un peu, histoire d’avoir le temps de construire l’hélicoptère avec un peu plus de tranquillité (les parents me comprennent…).

Simple et efficace. Et même pas une vanne bien sentie.

Pour ce qui reste on monte ensuite le bloc de glace qui contiendra le tigre à dents de sabre, dont une partie se démonte ici avec une simple pression du doigt pour le libérer. Et ensuite on démarre la construction de l’hélicoptère … avec plusieurs bémols. Tout premièrement si l’adjonction de quatre rotors avec chacun ses trois hélices a un coté funky sur le papier, mais en terme de construction, le côté redondant de la chose a tendance à être plus ennuyeux qu’autre chose même si, c’est vrai, on n’y passe pas une heure non plus.

Le vrai truc qui moi me chiffonne vraiment, surtout si l’on compare ce dont je vais parler avec par exemple le schéma de construction du set 7903 – lui aussi un hélicoptère – c’est la présence de ces énormes coques moulés qui vont constituer environ 25 à 30% du volume total de l’engin. Je ne sais pas ce que pensent la plupart des personnes construisant des Lego de nos jours, mais je trouve cela assez nul. On gagne certainement en rapidité d’exécution, certes, mais bon dieu, que c’est laid. C’est lisse, c’est … du Playmobil … c’est tellement dommage surtout que pour le prix de la boite, on aurait pu largement zapper le quad et rajouter quelques pièces pour faire une cabine complète en assemblage et non en méta-pièce.

Avec cette photo, on peut voir l’espace incroyablement volumineux occupé par la méta-pièce de le cabine de pilotage par rapport au volume total de l’engin.

Une dernière chose m’ennuie fortement, c’est le cul. Enfin le cul de l’hélicoptère hein, on s’est compris non ? Il est, comme la cabine, constitué d’une seule et unique méta-pièce que je soupçonne venir de coque de navires à la base, et propose un immense espace intérieur … vide … et surtout complètement inutilisable. Aucune trappe ou porte d’aucune sorte ne permet d’y accéder depuis l’extérieur. Cet immense espace intérieur aurait pu largement servir pendant le jeu, et est complétement gâché par le designer et ça c’est foutrement dommage. On a un hélicoptère super volumineux … mais désespérément vide. C’est aussi un peu chipoter mais quand même, l’adjonction de stickers autocollants pour reprendre la ligne bleue azur qui coure le long de l’hélico comme le long de tous les véhicules de la gamme arctique n’est clairement pas le choix le plus élégant qui soit. Il faut choisir entre avoir un décalage global sur la couleur orange avec un liseré bleu foncé coupant tout ou coller le sticker à ras, mais avoir un décalage au niveau de la ligne azur, parce qu’on a voulu minimiser les coupures dans l’aplat d’orange.

Sans déconner, ça coûtait quoi de faire une trappe ? Surtout qu’il y en a une dans quasiment tous les autres hélicoptères Lego City …
Le liseré Azur de la discorde.

Bon maintenant que j’ai pu dire tout le mal que je pensai de l’utilisation des méta-pièces dans les assemblages Lego et surtout ce qu’elles enlèvent en termes purement ludique, je vous propose la traditionnelle vidéo de montage que j’ai un peu faite rapidement, je n’avais pas envie d’y passer un mois comme la dernière, aussi vous m’excusez du fait qu’elle ne soit pas parfaite !

Plus j’essaye de faire court … plus elles sont longues … Honnêtement, je penche pour une sorte de malédiction.

– Interactions et Univers –

En ce moment je suis en train de finir des vieux Marvel qu’un copain m’a prêté parce que lui aussi, comme moi, n’a pas réussi à finir sa puberté malgré ses trente et quelques années biens senties. Pourquoi je parle de ça me direz-vous ? C’est une bonne question, mais c’était pour faire un parallèle audacieux avec l’âme d’enfant toujours vivante en l’adulte pétri des problèmes de ce monde pourri et technocratique, alors vous allez me faire plaisir d’arrêter de m’interrompre avec vos questions, non mais !

On retourne donc à l’univers des Lego arctiques avec leur lot de créatures préhistoriques à libérer des glaces, à analyser et à étudier. Ici donc, comme dit plus haut, c’est un tigre à dent de sabre, enfermé dans sa cage glacée à récupérer par hélico pour le transporter jusqu’au camp de base. La cage où est enfermé le tigre est composé d’une structure simple qui se monte en une ou deux minutes mais qui fait bien le job. On imagine aisément qu’on pourrait l’inclure dans une structure plus grosse si on a des briques pour la construire, de manière à scénariser encore plus la chose. La cage s’ouvre ici d’une simple pression sur la brique représentant une paroi de glace ; tenue seulement par deux petit plots, elle se libère facilement et hop, le tigre est libre. RELEASE THE TIGER comme on dit à Brexit-land.

Je ne sais pas pourquoi mais à chaque fois que je fais ça, comme vous, j’imagine le pire scénario possible …

Le petit plus dans l’utilisation de l’hélicoptère, outre ses quatre rotors qui en font une espèce de mastodonte des airs (mais bon on imagine le vent du nord sur les bises glacées tout ça …), c’est les ailerons de queue qui se déplacent suivant l’allure qu’on veut donner à l’engin. C’est tout bête, mais assez efficace, j’apprécie l’idée.

Bjiiiiit Bzzzzzz Bruuuuuuuuuuuuuu ! Absence totale de volonté de remplir intelligemment cette légende.

Pour finir, l’interaction principale et évidente et celle du crochet qui sert à remonter la cage du tigre et à le transporter sous le ventre de l’hélicoptère. Si, comme attendu, cette partie fonctionne superbement bien, le problème vient souvent du choix du positionnement du crochet en position rétractée. Effectivement le fait de le laisser sous l’appareil est un problème en soit, car souvent au moment de poser l’appareil au sol, celui-ci se retrouve rarement complètement à plat. Le crochet a souvent tendance à se caler sous une brique ou à simplement résister un peu et le câble est trop tendu pour se plier. Résultat l’hélicoptère est dans une position bancale assez régulièrement.

Ce design a certainement été conçu par les ingénieurs du Charles de Gaule ! Cocorico !

– Conclusion –

Bon, que dire alors de ce set 60193 dit de l’Hélicoptère arctique ? Et bien je suis personnellement très très mitigé. Autant le tigre à dent de sabre, le petit quad et le principe d’avoir un énorme hélico capable de transporter pas mal de trucs en plus de la cage prévue dans la boite est sexy sur la papier, autant l’utilisation de méta-pièces et donc d’ajout de stickers pas forcément efficaces, l’espace non utilisé du coffre, et plusieurs soucis général du design me refroidissent dans mon jugement qui est donc, vous l’aurez compris, un peu sévère.

Oui c’est un ajout pas repoussant non plus, ce n’est pas une escroquerie non plus, mais à 30 euroboules, on est en droit d’attendre un peu plus de finesses sur un set Lego qui ici pêche par excès de facilité dans le design. On sent pourtant bien que l’hélicoptère est cohérent avec le reste de la gamme et dans ce qu’elle propose, et c’est donc dommage de rater des petits points de designs qui, s’accumulant font qu’on est un peu déçu de l’ensemble.

Magnifique vue des conséquences de la consommation de tartines pendant la construction.

Bon sur ce, on se quitte et on se retrouvera (comme d’habituuuuuuuuuuuude) dans quelques temps avec la poursuite de l’exploration de la gamme arctique. En attendant, soyez disco, et à bientôt !