N° du set60000
FranchiseCity
CollectionPompiers
Nb. de pièces40
Nb. de minifigs1
Âge conseillé5+
Prix max. (occasion) 3€
Prix max. (Neuf) 6€

Une fois n’est pas coutume (j’ai l’impression que tous mes articles commencent par cette phrase tiens !) nous allons nous intéresser à des petits sets et puis regarder la place des poubelles et autres bacs de recyclage dans des sets « petits prix » et des figurines « offertes » pour diverses occasions. Nulle vidéo ne sera faite ici (Jean-Louche, toi le névrosé trentenaire, passe ton chemin de boutonneux) et c’est un peu un mix entre un test très (très) court et une réflexion sur des éléments retenus sur divers sets croisés de-ci de-là, sets qui ne sont pour l’instant pas une priorité à traiter par mon auguste personne.

Oui car comme le premier président de la République Française venu, j’ai moi aussi des priorités – certes moins stressantes – concernant le choix des sets à décortiquer ici. Après à la différence du président pré-cité, quel que soit mon choix, peu de ronds-points seront envahis suite à ma décision, ou alors je demande à voir ! Bref oui je fais des choix parce que premièrement je n’ai plus autant de temps libre qu’avant (par là j’entends le fait de m’être reproduit), et que deuxièmement, je passe un peu plus de temps à peaufiner mon texte ici même plutôt que sur mes poèmes émos sur Skyblog … J’en étais où ? Cette phrase est si longue ! Ah oui, j’en étais à dire qu’il faut savoir se choisir des priorités et que les sets estampillés 4+ et les polybags dans les magazines Lego City trimestriels ne le sont pas.

Tout ça pour ça. Je sais.

On a dit, pour paraphraser Louis XIII besognant Anne d’Autriche, qu’on allait faire court et donc à défaut de Reine, c’est sur la boîte ci-dessous que nous allons nous attarder… Déballons donc tout cela.

Oui, il n’y a pas de boîte, j’ai récupéré l’ensemble dans un vide-grenier. Je sais bien que ce n’est pas l’emballage officiel mais je n’avais pas mieux à présenter.

– Le montage et l’univers –

Je ne sais pas si l’on peut se gargariser en parlant de montage sur ce set là. C’est une vrai set de départ dont le principal élément à construire est une poubelle de recyclage d’une taille certes imposante pour un simple container à déchets mais bien peu excitante pour l’esprit. Mon fils de deux ans, certes à bonne école pour tout ce qui est poser des briques, l’a monté en une petite minute sans aide, c’est dire. De toute façon, on l’aura compris, la complexité du montage ne sera pas le propos.

Non. Le propos sera déjà de faire à nouveau un tour (chose que je n’ai plus faite depuis l’article n°3 de ce blog bourré de talent) sur les sets de départs proposés aux bourses les plus petites (je contiens difficilement un mot d’esprit à ce sujet) et aux gens n’osant pas se mouiller trop (le mot d’esprit tambourine de plus belle et demande à sortir) dans une collection ou un cadeau. Ce sera aussi un moyen de faire le point sur la présence redondante de certains éléments de décors dans ces mêmes petits sets.

Nous n’avons évidemment le droit ici qu’à une seule figurine de pompier avec un visage assez marrant, peu commun sans être rare, et qu’on retrouve dans quelques sets Lego Castle et Lego City. Celle-ci est équipé d’un casque tout ce qu’il y a de plus sobre et ô rage ô désespoir : PAS DE CASQUE DE POMPIER A L’HORIZON. Ça paraît anecdotique mais c’est assez peu commun là par contre. Et surtout un peu dommage. La moto est un modèle de 2005 souvent utilisé dans les sets de la police, mais peint en rouge pour l’occasion. On la retrouvera plus tard dans deux sets juniors avant que Lego de remette le modèle à jour.

La moto en impose quand même un peu.

Comme dirait un ami poète « y’a pas à tortiller du cul pour chier droit », car ici pas besoin d’un camion de pompier à la puissance trop importante pour un simple feu de poubelle, un simple combattant du feu avec sa petite bonbonne s’en sortira très bien. On est dans une petite histoire anecdotique, certes loin de l’incendie gigantesque, mais le champs restreint de l’action n’est reste pas moins efficace. Les flammes qui sont fournies sont aussi loin des petites flammèches déjà récupérées à tour de bras et ajoutent un peu de volume à l’ensemble. Le petit set s’insère parfaitement aussi dans tout diorama ou autre petit coin de ville qu’on aurait créé pour soi, tout comme il ravira n’importe quel enfant.

José avait mal compris le concept du barbecue.

On ne va pas épiloguer pendant quinze ans, ce set vaut son prix car de toute façon il ne sera jamais trop élevé (pour un set 40 pièces Lego) et servira le parent qui l’achète pour se soulager du harcèlement constant de ses enfants durant la longue traversée d’un vide grenier. Cela ravira aussi le vieux geek qui cherche à compléter sa collection de pompiers du centre-ville. Seul petit bémol, les attaches de la moto (dont le modèle existait depuis quelques années déjà) sont faites de pinces qui se clipsent. Certes le truc est efficace pour la tenue générale de l’objet, mais se brise assez facilement si on a par exemple un enfant qui fait tomber de la table 15 fois les constructions en l’espace de deux minutes.

Ah et quand tout le monde est parti, et le feu éteint, on fait quoi de l’extincteur ?

C’est tout ce que j’ai pu trouvé comme place pour l’extincteur quand le pompier n’est pas à pieds.

– La fascination pour les poubelles –

Avec le set 60000 du pompier à moto, j’ai eut une sorte de révélation (enfin, rien de biblique hein, mais c’est mon côté résident de la Canebière) sur la présence de tout ce qui a trait à la salubrité publique dans les set Lego City notamment à destination des plus jeunes. Loin de moi l’envie de me lancer dans une thèse sur le sujet, mais j’y vois ici une certaine mentalité propre au nord de l’Europe. Non content via Lego City de porter haut l’estime qu’on peut avoir pour les agents publics ou pour transformer en héros du quotidiens des métiers qui semblent souvent à l’intérêt limité, du moins pour le profane – ce qui me plait d’ailleurs beaucoup – Lego pousse le vis jusqu’à la promotion du tri des déchets et autres problématiques (certes de façon light, hein, c’est pas non plus des lanceurs d’alerte) liées … aux poubelles.

En passant en revue la plupart de mes sets City possédant un bout de décor, Lego, toujours friand de remplir l’espace vide entre deux briques et surtout de reproduire une version « brico-compatible » de la réalité a tendance à en poser partout, de formats et formes différentes, mais régulièrement présentes. Je n’irai pas jusqu’à parler de message, il ne faut pas déconner, parce que je mettrai ma main au feu grégeois que cela n’est absolument pas le cas. Mais c’est en tout cas un détail assez plaisant dans la conception que les designers ont du monde tel qu’il devrait être, et qu’ils produisent donc pour notre plus grande joie.

Polybag vendu avec un Lego City Trimestriel comprenant un agent des voiries.

Je ne vais pas non plus gloser ici sans fin, mais je trouvais intéressant de relever le fait que dans Lego City, rien ne traine jamais par terre, tout est parfaitement à sa place, et les déchets sont scrupuleusement triés et jetés, puis il doivent certainement se transformer ensuite en poudre de perlin-pinpin, et toutes ces histoires de continent de plastique c’est quand même un peu exagéré. Everything is awesome en quelque sorte.

Sur un set Lego Juniors (ancêtre pas si vieux des actuels Lego 4+) on retrouve ici aussi une poubelle sur le chantier d’un réparateur de voirie. Ne me demandez pas pourquoi il y jette un poisson, toutes les questions ne sont pas bonnes à poser…

– Conclusion –

J’aime bien ce gros titre CONCLUSION, qui me donne l’illusion que j’ai quelque chose de pertinent et vaguement intéressant à dire alors qu’en fait non. Mais nous allons faire contre mauvaise fortune, bon cœur et tenter de pondre un truc pas trop débile, même si ça va être dur.

Le set 60000, pour revenir au début de l’article que vous avez déjà oublié car vous êtes tous des ingrats, coûte généralement la somme de 3 euroboules et non ce n’est pas une erreur de frappe. C’est pas cher, c’est pas mal mais c’est pas non plus l’extase. Bref ça se réserve pour faire plaisir à un petit neveu histoire de lui rappeler que vous valez toujours mieux que ses parents, ou pour booster le nombre de motard dans votre collection inavouable. Il est intéressant de voir que Lego a – en 2018 – changé le système d’attache des motos, ainsi que revu le design, chose qui n’avait pas été le cas depuis la fin des petites moto carré des vieux sets Legoland si je ne dis pas de conneries.

Pour les poubelles, je ne sais pas vraiment quoi en conclure mis à part que Lego nous rappelle, et rappelle surtout à nos chères têtes blondes, qu’il faut trier ses déchets et qu’il faut jeter les détritus à la poubelle, de manière sous-entendue, ce qui a le don de m’intriguer. A ce sujet, je balance en mode teasing une petite photographie d’un prochain test véritable sur du matériel bien vintage de sa maman, et qui se fera … dans quelques temps.

« Chérie, je crois que j’ai retrouvé le script d’Aquaman ! »

Sur ce je vous fais plein de bisous-cœurs-coeurs-arc-en-ciel, et vous dis à tout bientôt pour un test avec de la vidéo, du bruitage à la bouche, et des incantations sataniques subliminales.