N° du set31050
FranchiseCreator 3-en-1
CollectionBâtiments
Nb de pièces467
Nb de minifigs2
Âge conseillé8+
Prix max (occasion)25€
Prix max (neuf) 40€

On rêve tous, je pense, de construire une petite baraque de nos petits doigts boudinés. On se dit « Peuchère (car pour l’occasion on sera marseillais), j’aimerais bien, moi, me construire un palais sur la Canebière, con. » Alors on s’imagine presque couper nous même pins et chênes centenaires pour ensuite ouvrager le bois, comme nous l’on enseigné les anciens. Avec de grands efforts, en mettant à contribution Germain, Antoine, et Romain, nous érigerons des murs en pierre de taille, et useront des anciennes techniques de levage pour ne point solliciter les animaux, qui seront nos égaux, eux, ces fiers êtres sentiants.

Et c’est à ce moment précis, lorsque le rêve bascule dans le véganisme imbécile des bacs à sable, sable dont il ne se relèvera jamais, que nous nous réveillons pour nous dire : « Bordel, Gisèle ! J’ai encore fait un rêve d’écolo ! Sans béton ! Allez resserre-moi du Glyphosate que mon agonie soit plus douce ! »

Et oui mes biens chers frères, nous aborderons à nouveau ici un de ces sets au joli nom de Creator 3-en-1 ! Et c’est le moment d’une première d’ailleurs car ce sera la première fois que je me lance dans une construction de bâtiment. Non que ça ne change fondamentalement quelque chose, mais ça fait des lignes en plus dans mon paragraphe, donnant par là même l’impression que je raconte des trucs vaguement intéressants.

Les bâtiments Creator 3-en-1 sont ce qui se rapproche le plus des grands bâtiments Creator Expert de Lego, ces fameux sets à plus de 200 euroboules, et permettent de se faire un petit centre urbain de ville moyenne très facilement. Attention évidemment, même s’ils sont moins chers que leurs ainés, ce n’est pas forcément donné et majorité de ces constructions tapent facile la barre des 50 euroboules quand même. Ce qui fait beaucoup de boules me dit-on dans l’oreillette.

Cela étant dit, c’est une gamme très rafraîchissante qui propose de la bonne construction, pas piquée des hannetons, comme diraient mes amis d’il y a deux siècles. Bon je sens que je peine à vous tenir éveillé, Dieu que vous êtes un public exigeant, alors on va sauter le passage ou je vous raconte la fameuse histoire de la loutre et du vieux curé érotomane, pour passer tout de suite au déballage du bordel.

Une jolie boite, deux figurines, trois manuels, quatre cent pièces, tellement de désir.

– Le montage –

Si le set est conséquent en terme de volume promis, de nombre de pièces et de coolitude, c’est un peu la dèche au niveau des accessoires de nos mini-figurines. Les figurines de ces sets ont toujours été deux dans chaque boîte, et c’est ce que nous aurons, deux figurines et c’est à peu près tout. Mais n’oublions pas que les sets Creator 3-en-1 c’est avant tout un assemblage et un désassemblage ludique avant tout et que leur intérêt premier n’est pas, justement, dans la mini-figurine. On se prendra quand même au jeu proposé par Lego de monter et démonter les mini-figurines pour créer un duo différent pour chaque type de montage. On en revient là aussi à ce qui fait la substantifique moelle du Lego 3-en-1 (je dis substantifique si je veux !) qui est de monter et démonter sans arrêt.

Les trois duos proposés par le designer nous font voir peu ou prou toutes les possibilités.

C’est donc parti pour ce qui est l’assemblage principal de ce set (cad pour ceux qui n’auraient pas suivi le dernier montage Creator 3-en-1 celui qui utilise toutes les pièces présentes) qui nous présente un étal de vendeur de Sandwich (décidément…) plutôt agréable à monter avec un intérieur plutôt sympathique lui aussi. Les détails sont bien pensés et tous les petits « trucs » de montage sont intéressants, que ça soit au niveau de l’avancement des fenêtres ou des moulures qui les encadrent ou au niveau des différents éléments décoratifs.

Passons d’ailleurs un peu de temps sur les deux éléments décoratifs principaux que sont le sandwich géant qui sert d’enseigne et l’oiseau posé sur une des antennes hertzienne de la maison (le futur pour Lego City est donc résolument tourné vers les années 80). Le sandwich est un bon petit jambon-salade-tomate-emmental des familles et le montage lui rend parfaitement justice.

Enfin … il lui rend en tout cas plus justice que ma photographie dégueulasse…

Pour l’oiseau, j’ai été amusé comme j’imagine tous les gens qui se sont mis à monter des Creator 3-en-1 proposant des bâtiments de voir cet animal incongru présent dans le montage, et construit de brique et non existant via une figurine à son effigie, comme dans les anciens set Lego. C’est mon premier alors j’ai le droit ! J’ai ensuite remarqué que c’était une constante de cette collection, comme un défi que se lancent entre eux les différents designers.

On va pas bouder son plaisir, il est quand même plutôt bien réussi.

Il n’y a pas non plus tant de chose à compter en dehors de cela pour ce qui constitue le montage de la bête. On reste sur de l’empilement de brique bien identifiable, et le manuel est extrêmement bien foutu. On commence par le bâtiment avant de finir par la petite cours annexe qui peut se clipser aussi bien d’un coté que de l’autre suivant l’allure qu’on veut donner à l’ensemble. Allez je vous présente tout ça dans cette dernière vidéo sans son (même si j’ai enfin compris comment faire), mais qui a été faite au son des timbres gutturaux d’homme des temps anciens, et des complaintes des hommes aveuglés par la grâce. Enfin bon … Cliquez sur lecture et montez le son en dansant sur Stevie !

SUUUUUUPERSTITION ain’t the wayyyayyyayyy. Oui ça n’a aucun rapport.

– Interactions et Univers –

Avec ce petit set de la joie et de la brique, Lego poursuit sur le sous-thème que nous qualifierons ici de « modulaire light » qui s’intègre parfaitement aux thèmes généraux de City. Les finitions sont supérieures aux bâtiments fournis généralement dans des sets City classique – notamment ceux fournis avec un véhicule – et inférieures aux sets Experts, mais c’est ce parfait entre-deux qui permet d’avoir des bâtiments urbains qui ont de la gueule sans vendre un rein, ses enfants et sa femme pour construire son bout de ville.

C’est aussi un excellent premier set pour toute personne qui déciderait de passer un cap dans la construction en brique avec beaucoup de techniques de construction plus avancées qui sont découvertes au fil des montages. C’est bien gentil tout ça mais t’es pas un peu hors-sujet m’entends-je dire ? Si, mais j’fais c’que j’veux, de toute façon vous pouvez paaaaaas m’compreeendre !

La maison en pied avec la petite terrasse. Ça envoie un peu du bois. On notera la bouche d’aération du restaurant sur le mur du bas.

L’univers urbain est parfaitement endossé par ce set et par ce montage-ci. On trouve tout ce qu’il faut pour imaginer le bloc faire parti d’une ville plus grande. Le trottoir est délimité proprement avec ce qu’il faut de briques planes et de briques avec tenons, et même si les réverbères sont sans doute un peu petit, la borne à incendie est un détail sympathique qui doit certainement (j’ai pas fait le test) parfaitement s’accorder avec certains sets pompiers de la même époque pour une intervention sur un incendie dans la même rue.

Les sandwichs proposés par le tenancier sont ma foi un peu violent et je me demande bien comment un personnage peut survivre à l’ingestion d’un seul d’entre eux tellement ils sont disproportionnés. Ce n’est pas embêtant mais c’est souvent le problème d’échelle qu’on peut avoir sur les plus petits éléments si l’on veut garder une once de détail.

Ouais je fais des vue en plongée, tel un cinéaste français maudit !

Le petit oiseau en haut fait parfaitement le job et se paye le luxe même d’être extrêmement convainquant. Pour ce qui est de l’intérieur de la maison, le rez-de-chaussée est composé d’un petit comptoir somme toute sommaire d’un coté, et de l’autre nous avons un petit grill sur lequel on nous invite à faire griller doucement un petit sandwich. Tout est assez mignon, mais je ne comprend pas pourquoi les deux portes des deux cotés ne sont pas au même niveau. J’ai lu dans certains articles rageux que le fait de pouvoir monter à l’étage avec une échelle plutôt qu’avec un escalier était moche, je trouve que la solution n’est pas du tout catastrophique justement, compte tenu du volume nécessaire pour un escalier digne de ce nom.

Hum, ça sent bon le fromage et le steak haché grillé.

Pour ce qui est de l’étage, un fauteuil plutôt sympathique avec en face une petite commode, sur laquelle trône un lampe psychédélique années 70, c’est aussi par là qu’on peut accéder à la terrasse, qui certes est sympathique elle aussi mais la place qu’elle prend fait que l’espace au sol dans la maison est ridiculement restreint. Dommage car l’aménagement est de qualité. Bon après c’est vraiment le seul défaut que je trouve à ce montage, qui est vraiment canon d’aspect extérieur.

C’est étrange ces maisons sans lit, sans salle de bain, sans toilettes, et sans place au sol pour se déplacer, ça doit être un concept des pays du Nord ça aussi…

– Montages secondaires –

C’est donc parti pour une nouvelle série de démontage et remontage à la chaîne avec notre petite baraque, vu qu’on est à nouveau dans les Creator 3-en-1, et c’est la joie. Oui. On notera qu’encore ici les montages secondaires n’utilisent qu’une partie très restreinte de la plupart des pièces proposées dans le set et que c’est toujours aussi dommage. Les constructions sont (pour ceux qui ne liraient pas les critiques en entier, faites gaffe, je vous vois dans la lunette de mon fusil) pas trop dégueulasses nous diront, mais ce n’est rien de bien fou-fou non plus. Ni une ni deux, voyons voir tout ça d’un peu plus près.

Petite photo de l’intégralité des pièces utilisées pour monter ce premier bâtiment.

La première des constructions secondaires est une petite maison à étage. Son extérieur reprend le schéma de couleur de la construction principale, de plus des connecteurs sont disponibles sur le côté pour permettre de le relier aux autres bâtiment de la gamme, notamment pour les malades mentaux qui achètent plusieurs fois la même boite pour avoir les trois bâtiments… oui, ces gens existent vraiment.

Comme vous pouvez le voir sur les photos (que dis-je les tirages d’Aaaaart) qui accompagnent ce paragraphe, on a un petit feu de signalisation présent sur le coté du bâtiment qui est le petit objet sympathique de ce bâtiment, qui vu l’espace intérieur tient plus de la goguette au fond du jardin que du loft somptueux, je doute d’ailleurs que le logement soit conforme aux normes européennes en matière de mètres carrés habitables.

C’est tout mignon, c’est tout choupi, c’est trop petit. Si seulement on avait eut sous la main environ 460 briques … euh … attendez !

L’intérieur donc est l’élément qui fâche. Nos personnages de plastique favoris sont comprimés dans un logement certainement aménagé par la confrérie des vendeurs de sommeil, et ainsi au rez-de-chaussée, on a un fauteuil encastré dans un meuble et à l’étage une chambre dont l’espace disponible au sol n’a rien à envié aux pires sous-marins soviétiques, certainement pour nous rappeler que le confort est un aveuglement petit-bourgeois de social-traître.

On remarquera une petit chaîne hifi au style légèrement old-school, qui se situe sur un des murs de la chambre, certainement que le designer avait le choix entre poser ça ou une télévision. Il est à noter que l’accès à l’intérieur du bâtiment se fait via un mur qui s’ouvre complétement et non en séparant le bâtiment un deux parties plus ou moins égales.

Le prix du mètre carré a Lego City a dangereusement grimpé, mais heureusement la mairie de Anne Brickalgo va prendre les devant et régler le problème !

Le second et dernier montage alternatif est un petit magasin de fleur dont l’ouverture se fait en séparant le bâtiment en deux parties égales comme dans le principal montage.

Je suis vraiment sceptique sur les couleurs des murs extérieurs. L’alternance de briques marrons, grises et bleus ne sont vraiment pas du tout sexys, loin de la. Je n’aime pas vraiment faire ce genre de réflexions en publique, vous me connaissez, tout en moi respire la mesure et le self-control, mais ça sent un peu la panne d’inspiration de la part du designer. L’aménagement reprend ceux vu dans les deux montages précédent, mais sans génie, sans panache.

Vision de l’intégralité du bâtiment avec sa notice de montage. Et vision d’un toit triste comme un jour sans un scandale potilico-financier.

Je n’ai pas grand chose de plus à dire sur le visuel extérieur, le toit est tout aussi mal inspiré que le reste du bâtiment. Et puis il était trop glamour d’essayer de faire un étage, même sur une moitié du bâtiment… Le seul petit truc qui éveille un tant soit peu l’intérêt est le fait que les pot de fleurs extérieurs peut être transféré à l’intérieur pour la nuit.

Non, rien n’y fait. J’ai beau tourner autour du bidule, aucun angle ne le met en valeur.

Parlons de l’intérieur, justement. Bon c’est un petit peu mieux, mais c’est pas non plus Byzance, on retrouve un petit comptoir et une petite table servent de présentoir d’un coté, et un espace donc de récupération des plantes la nuit avec des lampes au dessus pour permettre de faire pousser le cannabis les fleurs quelque soit le temps qu’il fait dehors.

Quand on a dit ça, on a tout dit. J’aime sortir ce genre de phrases toutes faites et qui s’insère avec fainéantise dans n’importe quelle situation. Bref on ne rattrape pas suffisamment l’horreur que constitue le look du bâtiment.

Je pense que les mini-figurines se demandent vraiment ce qu’elles foutent là.

– Conclusion –

Et donc, que penser du set 31050 dit du comptoir ‘Deli’ ? Figurez-vous que ça va contraster grandement avec l’avis donné précédemment, mais ce set est vraiment magnifique. Le bâtiment principal suffit à lui seul pour justifier la possession du set si vous voulez construire un bout de ville. Le fait que la construction proposée puisse aussi bien constituer un angle qu’un bâtiment fermé coincé entre deux rues rajoute beaucoup à son intérêt. La construction en elle-même m’a énormément appris sur la construction de bâtiment en briques Lego de belle facture.

« Vous reprendrez bien un peu de ce délicieux sandwich chocolat/concombre ? »

J’ai vraiment eut un coup de cœur pour ce set, peut être parcequ’il est mon premier bâtiment de ville depuis les années 80 et que je n’ai pour l’instant été concentré que sur les véhicules. Malgré cette lacune je pense quand même que le niveau de finition, et le nombre de brique en présence (surtout pour les prix actuellement en vigueur sur le marché secondaire) en font un des sets de la gamme Creator 3-en-1 à posséder si l’on est comme moi un fondu de l’ambiance City.

Attention seulement si vous avez chez vous des batiments Creator Expert, les trottoirs ne sont pas de la même teinte et n’ont pas la même finition, il vous faudra donc faire preuve d’un peu d’magination pour transformer le bas du montage de manière à l’intégrer sans que cela ne se remarque à votre bout de ville.

Et donc, nous avons enfin fait le tour de cette construction, et je commence à me dire que les 3-en-1 prennet trop de temps à dépioter et à analyser. Cela ne veut pas dire que je n’en ferai plus, loin de là, mais qu’il ne faut pas vou sinquiétez si vous ne voyez pas d’articles pendant plusieurs semaines, cela veut dire que quelque chose de gros se prépare.

Pour le prochain article on prendra un peu de hauteur, mais seulement en altitude, ne vous inquiétez pas, c’est pas demain que je risque d’être plus fin dans mes élucubrations. Sur ce, bisous, coeurs avec des briques sur vos matins mornes, et à bientôt pour la suite !