N° du set6693
FranchiseLegoland
CollectionEntretien
Nb de pièces106
Nb de minifigs2
Âge conseillé5+
Prix max (occasion)12€
Prix max (neuf)150€ (okayyy)

On a tous ce souvenir ou cette habitude (pour les plus chanceux d’entre nous) d’un matin où notre sommeil est d’une importance capitale ; et là, sur les coups de cinq heures du matin, on entend ce bruit maudit. « Bip ! Bip ! Bip ! » Fait l’odieux engin en marche arrière. Puis c’est le bruit d’un vérin suivit ensuite d’un « Klong ! Klang ! » caractéristique de deux objets métalliques volumineux qui s’entrechoquent. Et c’est là, juste au moment où vous alliez retrouver le sommeil, que le bruit de trois tonnes de verre se déversant dans une immense benne métallique vous défonce à jamais la moindre chance de vous rendormir. Et pourquoi c’est toujours le lundi matin bordel ?!

C’est donc de ce bruit et de sa cause, le camion poubelle, fier destrier de ces héros du quotidien que sont les éboueurs, que nous allons causer sur ce petit billet qui est donc sensé parler de Lego ! Nous repartons encore un peu plus loin dans le temps car cette fois-ci c’est en 1987 que nous retrouvons un set aux couleurs criardes. Retour à une époque plus insouciante alors, ou la seule vraie crainte n’était qu’une petite escalade nucléaire de rien du tout entre les soviétiques et les USA. Autant dire un désagrément minime.

On va essayer de ne pas trop s’étendre, et éviter d’écrire l’intégralité de l’article dans son introduction, c’est pourquoi nous allons tout de suite ouvrir la boîte. Enfin… Quand je dis ouvrir… Nous sommes là encore face à une trouvaille de vide-grenier (on croirait presque que je suis un chineur… alors qu’en fait il n’en est rien) et donc point de boîte encore aujourd’hui.

Il va sans dire que c’est pas l’orgie niveau nombre de briques, mais point trop n’en faut disent les sages, ce qui se confirme souvent avec Lego.

– Le montage –

Il y a un truc agaçant dans la vie c’est écrire un long message ou une chouette introduction sur un ordinateur ou sur son téléphone, et puis fermer l’application permettant d’écrire ledit message sans sauvegarder, comme un bon gros blaireau multicolore et intersidéral ! C’est con, parce que c’est exactement ce qui m’est arrivé alors que je tentai d’expliquer que dans les années 80, le panel de mini-figurines Lego n’était pas aussi développé que de nos jours (et je sens que je vais répéter cette lapalissade pendant encore des années … vous m’en excuserez !).

Ce n’est pas pour autant que Lego s’est montré radin sur ce set-ci. En plus des deux figurines, nous avons le droit à deux ustensiles que sont la pelle et le balais, ainsi qu’à deux poubelles grises et leurs couvercles. A ce sujet, je préviens tout de suite, l’une de mes deux mini-figurines arbore une veste bleue récente (la version moderne de celle porté par l’autre) à la place de la chemise bleue qui devrait être la sienne, toujours dû au fait des aléas de la récupération dans les vides-greniers, et aux rafistolages qui s’ensuivent ! C’est donc une boîte bien fournie en ustensiles divers par rapport à la complexité du set.

Je crois que dans le set original, la pelle est noire, mais moi vous savez, je ne considère pas la différence de couleurs comme un problème, contrairement à vous ! (Bim !)

En parlant de complexité justement, le montage du set n’est pas complexe lui, et les différents systèmes de pivot sont assez basiques tandis qu’au niveau design, on reste dans la préhistoire ! C’est de la bonne vieille construction cubique avec des portières un pare-brise et une cabine en forme de cage à lapin et roulez jeunesse. Chose appréciable due à l’époque (ce qui devient plus rare de nos jours) c’est que la brique comportant le symbole du recyclage est tampographié, et donc elle vieillit beaucoup mieux que les multiples stickers qui Lego ne se privera plus d’utiliser quelques années plus tard.

On rouspète souvent sur l’exigüité des intérieurs de bâtiments ou de véhicules dans Lego City ou autre, mais c’est en oubliant surtout le design soviétique des années 80.

Il n’y a pas grand chose de plus à rajouter car ce n’est quand même qu’un petit set. Il n’est pourtant pas dénué d’intérêt, mais le montage se fait assez rapidement tout de même. La partie la plus complexe reste le déversoir, mais ce n’est pas non plus un problème. Le résultat est efficace mais sobre à l’extrême, un peu trop même, les couleurs utilisées n’aident pas vraiment à le différencier des couleurs des véhicules postaux de la même époque.

Bon une petite vidéo valant autant qu’un discours soporifique sur la taille du set, c’est partit pour la petite vidéo de montage qui va bien. Attention bruitages à la bouche garantis, même si on n’est pas encore au rendu que je voudrai. Pour ce qui est de la musique, on est sur « Beware the Forest’s Mushroom » de Yoko Shimomura pour Super Mario RPG (que j’ai découvert grâce à l’excellente réappropriation faite par un troubadour 2.0). Vous savez tout, regardez.

On approche de plus en plus de ce que je voulais arriver à faire en commençant ce blog !

– Interactions et univers –

Du jaune, du rouge, et pas une seule remarque anti-communiste ! Quel scandale !

L’univers citadin de feu Legoland est déjà assez fourni en 1987 bien qu’une majorité des éléments et véhicules de voiries et services publics autres que la police ou les pompiers sortiront plus tard. Ce set-ci vient donc s’ajouter avec tout ce qui est rapport à l’entretien de l’espace urbain. Lego City n’étant pour l’instant pas encore une entité définie, on voit pourtant bien se dessiner alors un univers urbain cohérent.

Pour ce qui est de l’utilisation et du jeu, les mécanismes fonctionnent très bien, même si leur robustesse est limite pour assurer une tenue ferme du système d’ouverture en position ouverte. Pour information, sur les photos je dois utiliser une main pour garder le tout ouvert, la pièce est trop lourde pour la résistance offerte par le clapet.

Gros trucage photo, on sent le talent !

On se plait quand même à utiliser le système (sommaire) de vidange des poubelles et à remplir ces dernières de briques ou d’ustensiles divers pour les vider dans le camion. Évidemment, avec quatre tenons de large pour le véhicule, il est obligatoire de ne mettre la poubelle que dans un seul sens, tout dépassement bloquant le système. C’est une manière toujours assez marrante d’appréhender certaines bases des fonctions offertes par les briques Lego de l’époque.

On se régale ! Tant de fonctionnalités, on ne sait plus où donner de la tête !

Bon, vous l’aurez compris, c’est un set Lego assez basique mais relativement intéressant surtout quand on se souvient de sa date de commercialisation (1987, dois-je le rappeler ?!), et pour un peu qu’on le trouve dans une quelconque braderie à peu de frais, il fait toujours le bonheur des enfants (ou des collectionneurs compulsifs, évidemment !), la preuve en est mon fils de trois ans qui a délaissé complétement les Lego Arctique et leurs énormes véhicules pour ne se concentrer exclusivement qu’au ramassage des poubelles sur la voie publique pendant plusieurs jours.

– Montages secondaires –

Comme toujours dans les boîtes anciennes, c’est au tour des montages secondaires d’attirer notre attention. Le designer d’alors s’est quand même un peu creusé le ciboulot pour nous pondre un truc pas trop dégueulasse, vu le nombre de briques disponibles et surtout le panel restreint de couleurs. Comme précédemment je vous transmets en pièce jointes les différents manuels concoctés pour l’occasion avec cette fois-ci deux nouveautés.

La première c’est que les pièces présentes dans les manuels correspondent exactement au nombre de pièces maximales disponibles, pas d’interprétation périlleuse de votre côté si jamais vous n’avez aucune imagination et capacité d’improvisation. La seconde c’est que je mets désormais un récapitulatif exact des pièces demandées pour l’assemblage en début de manuel.

On commence les montages secondaires avec une petite Jeep au look plutôt sympathique. Seul bémol évident, c’est l’impossibilité de mettre réellement une figurine complète à l’intérieur du véhicule, et c’est malheureusement récurent dans les montages secondaires de cette boite, on est souvent trop court d’une ou deux épaisseurs pour pouvoir refermer le toit complétement. Enfin bon, en séparant le buste de la figurine et en le posant sans jambe dans la cabine, plus de problème ! Le manuel d’aide à la construction est disponible ici.

Vroum vroum ! Conduire un 4×4 paraissait être un truc cool à l’époque, les standards ont bien changés ma bonne dame !

On continue dans les montages simples avec une petite … euh… pelleteuse à déchets ? Elle n’est pas bien compliquée à monter avec l’angle de prise de vue sur la boite et le peu de pièces requises pour le montage. J’aime par contre beaucoup l’idée du container. Si vous galérez quand même un peu à monter la chose, le manuel d’aide au montage est disponible ici.

Bien évidemment les déchets dans LegoTown, c’est des briques ! Lego n’avait pas cédé encore à l’ignominie en inventant la brique en forme de caca comme aujourd’hui. On vit une époque formidable !

A peine plus complexe, on a la possibilité de construire un camion poubelle plus petit que le modèle de la boîte. Alors que la communauté scientifique dans son ensemble se pose la question de savoir l’intérêt d’un tel montage secondaire, j’ai quand même pris le temps de monter la chose pour vérifier si une subtilité m’avait échappé dans sa construction … et on dirait que non, c’est juste la même chose en moins bien. Super. Enfin bon, si l’aventure vous tente, le manuel d’aide à la construction est disponible. Ici. Voilà.

Non. Franchement. Je ne comprend pas l’intérêt de cette construction.

On passe enfin aux deux derniers montages, plus complexes, et plus intéressants à utiliser. Le premier est un camion benne plutôt satisfaisant. Sa construction est un peu tendue malgré l’aide que représente la photo à l’arrière de la boite car il est difficile de savoir au premier coups d’œil la longueur de certains éléments. Arès plusieurs essais infructueux, le montage est finit et on peut apprécier un camion benne parfaitement fonctionnel avec une benne qui se lève, et tout et tout ! Beau boulot. L’aide au montage est bien évidemment disponible en cliquant ici.

Et c’est partit pour s’improviser une petite décharge sauvage en pleine campagne !

Et on termine par une camion de nettoyage de rue avec sa petite équipe d’intervenants. Plutôt sympathique, j’apprécie notamment le petit marche pied pour aider les mini-figurines à grimper dans la cabine. C’est un montage qui reste dans le thème original tout en étant complétement différent dans l’approche, c’est pour cela qu’il a ma préférence au final. Là encore belle réalisation et imagination du designer de l’époque. J’en profite pour dire que de telles choses sont toujours possibles avec les différentes boîtes actuelles, et même que j’ai remarqué il y a quelques joue que Lego s’est remis à proposer des montages différents pour ses nouvelles boîtes via l’application Lego Life, mais on en reparlera dans un prochain article.

Pour revenir à notre camion de nettoyage, le manuel d’aide au montage est disponible ici, et je vous conseille fortement de tester le montage des deux derniers pour renouveler votre expérience de jeu et vous convaincre qu’avec un set donné, les possibilités de ré-invention sont assez délirantes au cas ou vous en douteriez encore.

– Conclusion –

C’est partit pour l’avis général de ce set 6693 du Camion Poubelle, car je sais que vous attendez de savoir ce que j’en pense vraiment. Ne le niez pas, je le sais. Et bien il va sans dire que ce set est agréable, mais ne doit pas être envisager à plus de dix euroboules, sinon c’est grave de l’entube pour parler vulgairement. De plus les briques (que ça soit leur couleur ou leur forme) sont loin d’être rares, et vous pouvez toujours vous récupérer des morceaux ici et là pour vous construire votre camion poubelle à l’aide des diverses instructions récupérables sur le net.

A aucun moment ce set ne vaut plus (s’il se vend sans la boite et/ou le manuel d’instruction d’origine) que son prix à la brique, même pour un collectionneur. Là encore on a le droit aux délires les plus grands concernant les prix des boîtes encore sous scellé, la moins chère que j’ai trouvé étant aux alentours de 150 euroboules. Autant dire sans moi.

Pour 150 euroboules, autant s’acheter une vraie poubelle et un lot de sacs ! Des heures de fun à ne plus savoir qu’en faire si vraiment la collecte est votre passion.

C’est donc le malheur de ces sets antédiluviens qui soit ne valent rien, soit valent beaucoup trop chers pour être parfaitement honnêtes. De plus leur âge fait qu’on retrouve peu d’originaux sur le marché et cela accroit encore plus la spéculation, c’est un serpent qui se mord la queue. Et non l’image n’est pas érotique du tout. Allez on se quitte enfin et on se retrouve pour un prochain set dans quelques jours, un set toujours assez limité en nombre de briques mais plus récent. A la revoyure donc les gens !

P.S. : Si vous avez des remarques sur la tenue de ce blog (trop de photos, pas assez, photos mal faites, textes trop longs, trop courts, etc) n’hésitez pas à me laisser des commentaires, et j’essaierai de ne pas les ignorer ! Ah et tant que j’y suis, je revends ce sets, vu que je commence à accumuler trop de Lego et que mon rangement maniaque m’impose de faire des choix pour faire de la place ! Si vous êtes intéressé, n’hésitez pas non plus à le signaler !