N° du set3178
FranchiseCity
CollectionAéroport
Nb de pièces98
Nb de minifigs1
Âge conseillé5+
Prix max (occasion)5€
Prix max (neuf)15€

« Mais pourquoi encore un avion ? » me demande Timothée, 14 ans, « et puis pourquoi un Lego plus récent possède un numéro de lot plus petit que ceux des années 80 ? ». Ah, Timothée… Toi qui est désormais enfermé à double tour dans le réfrigérateur pour calmer ton insolente adolescence, tu pointes du doigts certainement l’un des plus grands mystères de l’univers.

Grand mystère effectivement que cette étrange suite de chiffres désignant un numéro de set. C’est donc revêtu de mon armure de plate, que je me suis mis en quête de la signification de ceci, en arpentant les sombres plaines de l’internet. Il semblerait qu’à la base les suites de chiffres n’aient pas beaucoup été étudiés, certains recoupant carrément des numéros de briques. Puis Lego s’est rendu compte au bout de trente ans de sa bêtise est s’est enfin mis à classer de façon logique ses propres sets.

C’est pour cela que les sets sont désormais réparti entre les gammes Creator Expert commencent par 10xxx, Architecture par 20xxx, Creator 3-en-1 par 31xxx, les gammes promotionnelles par 40xxx, les Lego Technic par 42xxx, Lego City va se cacher dans les 60xxx, les Super Heroes dans les 70xxx et enfin Star Wars, la poule aux oeufs d’or, aux numéros 75xxx. Vous savez tout désormais !

C’est super intéressant tout ça, mais ça ne nous avance pas vraiment dans notre test, et je vois bien qu’on me soupçonne de grossir de manière complètement artificielle la longueur de cet article. Je suis outré ! Enfin bref repartons pour 2010 (oui c’est pas si loin) et l’un des derniers sets précédents l’arrivée de ces nouvelles façons de numéroter. Allez, on se prépare à ouvrir ladite boîte ! C’est parti, youpi banane !

Et oui, je l’avoue, j’ai un tout petit set.

– Le montage –

Passage obligé de tous mes tests, nous allons jeter un petit coup d’œil sur ce qui concerne les (enfin la) mini-figurines en présence. Vu le prix de la boîte, même des années plus tard, on comprendra qu’il n’y en a qu’une, plutôt sympathique, sans être exclusive. Elle s’accompagne d’un attaché-case noire histoire de se la péter VIP en descendant du zingue. Le tout est assez simple, mais on n’en demande pas plus à ce prix-là.

Étrange personnage avec son sourire vicieux et sa mallette coupable !

Ceci derrière nous c’est parti pour le montage. La présence de deux manuels a tendance à me laisser perplexe, vu le peu d’intérêt du premier qui a surtout pour objectif d’être un mini-catalogue publicitaire pour les autres sets commercialisés à l’époque. En outre, il permet d’assembler une zone de prise de vent assez rudimentaire qui n’a pas grand intérêt.

Wouhou, ça valait le coup de faire un livret pour ça !

Sur le deuxième livre on se concentre (finalement…) sur la construction de l’hydravion. Le montage de la coque est plutôt plaisant, même si on reste dans quelque chose assez loin du raffinement possible d’un set actuel de deux cent pièces, mais rien de bien surprenant à cela. La présence d’un compartiment de stockage pour la valisette de la mini-figurine est une bonne chose.

On remarque comme à l’accoutumée la légère différence de teinte entre le sticker et la brique. Ça fait râler les AFOL, mais l’imprimeur en moi sait que les correspondances sont parfois difficiles.

La très bonne idée lors de la conception du modèle est son système de flottaison qui se compose majoritairement de pièces Technic et qui offre beaucoup de « jeu » entre les pièces, créant une stabilité toute relative qui rajoute un peu de vie à l’ensemble. On se plaît à forcer sur la construction pour créer la tension nécessaire au frottement des briques les unes contre les autres. Au delà de ces quelques remarques, et bien on a fait le tour, car en cent et quelques pièces, le montage est vite achevé, comme le prouve la vidéo ci-dessous, vidéo qui n’a pas été réalisée par Roman Polanski, donc c’est bon, vous pouvez la regarder la conscience tranquille.

La musique est tirée de l’excellent Beyond Good and Evil. Jeu vidéo très singulier dans un monde ou les gros nichons et l’hémoglobine font plus souvent recette que la jouabilité.

– Interactions et Univers –

Ce petit set est un de ces Lego City assez difficile à classer car loin des grandes familles habituelles que sont les sacro-saints Pompiers, Policiers et autres Gardes-Côte. C’est les petits sets City qui portent bien leur noms : ils représentent la vie urbaine et/ou contemporaine sans s’attacher à un corps de métier particulier, et c’est ce qui fait leur charme auprès de tout le monde (même si je suis personnellement très monomaniaque sur ce que je collectionne, avec mon amour immodéré de la série Arctique, on y reviendra d’ailleurs sous peu !).

A nous donc d’imaginer l’histoire autour de ce personnage et de sa cargaison. Narcotrafiquant en livraison spéciale ? Voleur de cornée Sud-Américain de retour à la clinique ? Qui sait ? En tout cas c’est au moins un vrai champs des possibles qui s’ouvre à nous contrairement à certains sets actuels beaucoup plus dirigistes pour l’imaginaire des enfants comme des adultes.

Prochain arrêt, Medellin.

On ne va pas non plus épiloguer pendant mille ans, le set est efficace, plutôt élégant et malin dans sa conception. Si vous aimez les avions et que vous n’avez pas un important budget à consacrer à l’obtention d’un jouet pour un enfant (ou pour vous-même, ne le niez pas !) alors tous les voyants sont au vert. Il ravira aussi tous ceux qui apprécient le savoir faire des designers Lego en terme de création avec relativement peu de pièces.

Un petite vue du dessus puis du dessous pour se rendre compte que la bête n’est pas bien compliquée dans sa conception.

– Conclusion –

Et bien vous l’aurez compris, sans être un must-have comme disent les anglicismes poussant à l’acquisition compulsive de biens matériels (nous sommes décidément si peu de chose), ce set 3178 dit de l’hydravion est un set plus que correct surtout au regard de son prix minuscule pratiqué en cette sombre année 2019 où l’hiver vient. Au sujet du prix, d’ailleurs, ceux indiqués ici sont plutôt sur une fourchette haute, on peut tout à fait en trouver des très correct entre deux et trois euroboules si l’on est prêt à avoir une brique pas forcément de toute jeunesse et un peu jaunie.

C’est donc sur cette note que je vous abandonne avant mon prochain article qui sentira fort la sauce tomate chaude et le fromage fondu ! (Enfin c’est une image, n’allez pas vous imaginer des trucs dégueulasses hein !)

Jean-Gilles, juste avant son décollage en mode YOLO.

P.S. : Si vous avez des remarques sur la tenue de ce blog (trop de photos, pas assez, photos mal faites, textes trop longs, trop courts, etc) n’hésitez pas à me laisser des commentaires, et j’essaierai de ne pas les ignorer ! Ah et tant que j’y suis, je revends ce sets, vu que je commence à accumuler trop de Lego et que mon rangement maniaque m’impose de faire des choix pour faire de la place ! Si vous êtes intéressé, n’hésitez pas non plus à le signaler !