N° du set60226
FranchiseCity
CollectionMission vers Mars
Nb de pièces273
Nb de minifigs2
Âge conseillé 5+
Prix max29.99€

Tout se passait bien à bord. Ginette regardait avec une attention particulière les différentes jauges pouvant indiquer une surchauffe du système ; mais jusqu’ici tout se passait bien. Les drones envoyés par la mission « Space Bisous » foraient assidument la croute de la planète rouge à la recherche de la moindre trace de communisme. Ginette écoutait dans l’habitacle une compilation des meilleurs discours de Ronald Reagan, car son âme était soumise sans cesse à la tentation de chanter l’internationale, ou d’envahir la Pologne, à la vue de cette terre désolée dont le panorama n’était pas sans rappeler certains quartiers de Stalingrad en 1942.

Soudain les instruments s’affolèrent et malgré le volume sonore monté à fond, Ginette entendit au loin le roulement des voix des cœurs de l’armée rouge ! « Par la très sainte bannière étoilée ! » s’exclama-t-elle dans un atlantisme fort à propos « Nous avons foré un filon Rouge ! ». Il était déjà trop tard pour sauver les drones, elle le savait, ceux-ci organisaient déjà des plans quinquennaux et s’apprêtaient à proposer une définition de l’homme nouveau. Il fallait filer ! Vite ! Sa foi en la sainte société de consommation ne pourrait résister longtemps aux appels corrupteurs de l’international socialisme ! Elle décrocha et s’élança à pleine vitesse en direction de la terre, espérant qu’elle ne ramènerait pas avec elle la moindre particule maléfique de cette terre Rouge maudite… L’humanité n’y survivrait pas.

Ah ! Rien de tel qu’un peu d’anti-communisme primaire pour commencer un bon article me disait récemment un ami intègre qui travaille pour Fox News, et donc je m’exécute ! On retourne donc à nouveau dans l’espace, mais avec plus de style et une nouvelle navette. Et cette fois-ci, c’est avec beaucoup plus de pièces et surtout des drones en veux-tu en voilà. Car oui, il faut s’y faire ; autrefois on s’imaginait la conquête spatiale avec de valeureux astronautes, cheveux au vent dans le casque, qui se posaient successivement de plus en plus loin dans le système solaire. Mais non, le présent est beaucoup moins sexy avec comme principal explorateur un robot de quinze kilos maximum.

Ne boudons pas quand même notre plaisir car cela nous permet d’assembler pleins de petits machins robotiques ce qui n’est pas pour me déplaire ! Allez arrêtons de tourner autour du pot, et ouvrons cette maudite boite, c’est parti !

Et hop une bien jolie boîte !

– Le montage –

C’est toujours excitant de se mettre sur un ensemble Lego qui compte entre deux et trois cent pièces. On commence donc forcément par l’assemblage de nos deux mini-figurines d’astronautes et, ô surprise en ces temps d’affirmation des genres, c’est bien un femme qui se trouve être sous la tenue immaculée ! Je me suis mis à faire le compte d’ailleurs de la représentation des femmes dans les sets Lego, persuadé que j’étais de la volonté de la marque d’afficher une image progressiste … Nous verrons si c’est le cas.

Toujours la même tenue que le set 60224, mais une femme désormais.

La seconde figurine quant à elle est celle du pilote de l’appareil, dans une combinaison orange qui sera celle des équipes qui atterriront sur Mars (qui amarssiront ? Va falloir que l’Académie Française se penche sur le sujet). Cette tenue ne permet donc théoriquement pas de sortie extra-véhiculaire dans l’espace contrairement à l’autre – enfin cela reste de la théorie, j’ai beau l’expliquer à mes enfants, je lis bien un total désintérêt pour la question dans leur regard. Cette tenue est vraiment jolie et la tampographie est particulièrement réussie.

Les combinaisons oranges sont vraiment réussies.

Le montage commence par l’assemblage très rudimentaire d’un petit monticule de terre. Sur le devant, on pose un sticker un peu cryptique dont nous parlerons plus loin, et sur le dessus deux briques avec un intérieur transparent qui constituent les ressources que recherchent les astronautes sur la planète rouge. Cette nouvelle brique sera au cœur de la conquête spatiale de cette année 2019 et il en existe de plusieurs types, celle ci étant bleue.

On remarque que le sticker indique sa composition moléculaire.

Ces petites mises en bouches derrière nous, nous allons ensuite nous atteler à monter des drones et robots divers car comme je l’ai déjà rappelé, ils sont le fer de lance de l’exploration spatiale moderne. On commence donc avec un petit drone volant, permettant de sonder le sol et notamment de révéler le schéma présent devant le monticule (alors c’est la théorie là aussi, en pratique c’est tout de même pas super lisible). Une petit dizaine de briques suffisent à lui donner une tronche convaincante.

J’aime beaucoup cette petite brique transparente tampogaphiée qui symbolise les outils d’analyse du drone.

On continue sur la robotique avec la construction d’un véhicule autonome d’exploration scientifique, qui nous rappelle fortement les rovers et diverses sondes déployées par les diverses agences internationales pour sonder la surface de Mars (et accessoirement devenir les premiers déchets que l’humanité va laisser sur une autre planète). La construction reste simple, bien que proche d’un montage de petite voiture Lego, et propose notamment le montage d’un bras articulé assez chouette, maintenu en position close par un élastique que je n’avais jamais vu jusque là !

Le rover et son petit laser. « Piou piou piou » me dit-on dans l’oreillette.

Et pour en finir avec le nombre incessant de drones divers, voici donc un dernier drone volant. Le montage est fait en trente secondes, toujours simple et efficace, pas besoin d’ergoter plus longtemps dessus.

Je ne sais pas pourquoi, mais ce drone est mon préféré de la boîte. Peut être parce que c’est le seul que j’aurai pu imaginer seul avec quelques briques …

Une fois ce premier livret de montage achevé, et enfin débarrassé des enfants qui sont parti vivre mille aventures merveilleuses que votre cœur de pierre d’adulte n’est plus en mesure de concevoir désormais, c’est parti pour le gros morceau, la navette ! Si le set 60226 de la mission d’entretien du satellite nous avait permit d’en concevoir une première, celle ci va demander beaucoup plus de temps de construction. On commencera donc par une grande base concave assez standard, puis on assemble le tout de manière assez attendue et régulière sans être aucunement lassant. Comme à l’habitude, on découvre au montage plusieurs subtilité qui au final seront souvent cachées une fois la construction achevée, et la plus notable est le moteur de la fusée, matérialisé par des briques surmontées de plaques spéciales dorées. Le résultat est convainquant et permettra plus tard d’imaginer pas mal d’histoires pour le jeu.

Ledit moteur. Y’a pas à dire, une ou deux briques dorées et pouf le truc a tout de suite une sacrée gueule.

La navette est donc plaisante à monter, et se trouve être plus que cela même… C’est un sacré coup de cœur depuis les premiers éléments montés, et c’est certainement l’un des rares sets 2019 (si ce n’est le seul) de la gamme City que je recommanderais les yeux fermés à toute personne se demandant vers quoi se tourner comme sets pour un éventuel beau cadeau pour soi ou pour quelqu’un !

Mais je brode, je brode, et je vois bien que la seule chose qui vous intéresse c’est seulement de voir si la nouvelle vidéo est chouette ou dégueulasse ! Et bien soit! Regardez donc ça en gloussant bêtement bande d’ingrats. Vous n’êtes que des envieux et des jaloux !

Bon j’ai beaucoup bougé la navette pendant le montage et ça se voit énormément, j’en suis navré. Cela est dut au choix de la première plaque sur laquelle j’ai posé la première brique et qui ne permettait pas d’avoir un bon équilibre de la structure. Mea culpa.

– Montages secondaires ?! –

Ne vous enflammez pas ! Je me suis rendu compte après avoir rangé le set qu’il y avait sur Lego Life – l’application dédiée à l’univers Lego donc – une proposition de montage secondaire de ce set. J’ai hésité à en faire un vrai paragraphe dans ce billet puis je me suis ravisé car bien que l’intention de proposer des montages supplémentaires soit vraiment un plus, on ne retiendra que l’intention malheureusement…

On sent une flemme olympique de la part de Lego de transformer l’essai et de faire de cette possibilité une mine d’or pour tous les bricoleurs du dimanche qui auraient put avoir ici une plateforme pour proposer des constructions alternatives et peut être se les voir honorer par Lego Group qui les aurait proposé par ce biais à tous les autres utilisateurs. A la place on a juste un petit kart de rien du tout qui rivalise à peine avec les montage secondaires les plus petits qu’on pouvait voir sur les boîtes des vieux sets Lego du vingtième siècle.

Je vous mets quand même ci-dessous la proposition en question : un Kart, qui est certes rigolo mais bien en deçà de ce qu’on aurait pu espérer d’une telle proposition …

– Interactions et univers –

Le manuel propose quelques (très courtes) explications sur l’origine des idées des sets Mission vers Mars.

Si jamais ce n’était pas assez clair jusque-là, on est donc sur la conquête de Mars. Vous l’avez aussi compris en regardant les diverses photos et la vidéo, ce set propose énormément de possibilités de jeu. Que ce soit le forage de la roche et son exploration par les divers drones disponibles, ou encore le pilotage et les aventures astrales que peuvent vivre les divers personnages présents dans la boîte, on n’est pas près de s’ennuyer.

La navette, une réplique pas trop dégueu de Columbia, chapeau l’artiste.

L’intérieur du véhicule, est aussi bien pensé (le contraire serait étonnant) mais surtout plutôt spacieux, ce qui est assez inhabituel pour être noté. il est composé de plusieurs compartiments permettant de séparer les différents personnels et d’éviter que la cabine de pilotage soit dépressurisée par l’ouverture de l’inévitable ouverture du toit de la navette. Le tableau de bord de la partie arrière est très imposant et le petit sticker qui compose l’écran de contrôle des différent drone est convainquant.

Oh la la tous ces petits boutons ! Mon vaisseau a de l’acné !

Le poste de pilotage est quant à lui beaucoup plus austère. Une petite plaque lisse couleur verre, et une autre représentant divers outils de contrôle et roule ma poule ! Après ce n’est pas l’endroit que sera le plus à même de regarder, la plus grande partie du jeu se concentrant sur le compartiment central.

La navette en elle même est un très bel objet même si je pense que la partie inférieure (qui est de toute façon une partie généralement peu détaillée chez les sets Lego City) aurait mérité un peu plus d’amour pour en faire un set totalement incontournable. Même sans les drones (j’ai faillit dire droïdes) autour, le montage tout comme le jeu est complétement assuré par ce seul élément proposant de multiples parties amovibles et dont le sujet enflammera sans problème l’imagination de n’importe quel enfant… et même de certains adultes qui se reconnaitront.

Vue de la navette avec ses différents compartiments ouverts. Ce commentaire manque d’humour m’a-t-on fait remarqué.

Et ce qui fait de ce set un vrai coup de cœur, un must have comme diraient nos amis anglophiles, c’est justement qu’il n’y a pas que cet objet. Non contents d’avoir pondu une parfaite petite navette parfaitement fonctionnelle et poussant le vice jusqu’à permettre l’accès à un moteur qui a été monté et qui reste parfaitement accessible via une partie amovible, les designers de chez Lego n’en sont pas resté là.

On a donc ces fameux drones (qui font d’ailleurs l’objet d’une sympathique vidéo promotionnelle) qui démultiplient le jeu de manière exponentielle. Le plus évident est le fait d’utiliser le drone volant pour scanner le terrain, puis le rover vient découper la roche pour transférer le prélèvement dans le drone qui rapatrie tout cela dans la navette. Comme souvent avec les thèmes Lego City déployés sur plusieurs sets la même année, la navette transportera cet échantillon pour analyse à une base avancée … mais ça nous le verrons plus tard *clin d’oeil* *clin d’oeil*.

Je n’ai pu de mon coté résisté à l’envie de prendre quelques photographies de tout cela mis en scène, surtout parce que maintenant que j’ai un super appareil top moumoute, je ne vois pas pourquoi je m’en priverai !

Pour finir il est clair que le set est un des bons sets de Lego City et qu’on est contents de voir que la conquête spatiale revient à nouveau dans les centres d’intérêts mis en avant par Lego. D’ailleurs cela se remarque aux nombres de fans qui ont promu plus ou moins volontairement la gamme durant l’année 2019. Nous bouderons quand même notre plaisir car ces derniers thèmes (Arctique, puis Mission vers Mars et désormais Aventures en Eaux Profondes) ont contribué a grandement raviver l’intérêt des sets Lego City au yeux des plus exigeants.

Ta da tadaaaaaaa.

– Conclusion –

Et donc, que dire de plus de ce set 60226 dit de la navette spatiale ? Et bien déjà que c’est une sacrée réussite, bravo. On a un set espace complexe et beau (ça change des sets des années 80 qui font désormais pâle figure comparés aux sets modernes). Ce set est un condensé de ce que sait faire Lego de mieux et ce pour notre plus grand bonheur. Comme je l’ai aussi dit dans d’autres tests, le retour à l’espace, lieu qui a fait la gloire de la marque à des moments particuliers, n’est pas non plus pour rien dans cet amour que j’éprouve à l’encontre de l’ensemble du thème.

En un mot comme en cent, ce set est LE set que vous vous devez d’acquérir si vous aimez le thème espace et que vous voulez vous faire plaisir dans un budget somme toute raisonnable. Les multiples possibilités offertes par ce set sont juste incroyables et on ne manque pas d’idées loufoques en plus au cas où ça ne suffirait pas pour s’amuser ! Sur ce, je retourne à mes enfants à la vessie aléatoire, puis je me remets de mes vacances et j’enfourche mon appareil pour une nouvelle review sous le signe des étoiles … ou non …. qui sait ? Allez bonne rentrée à tous !

P.S. : Si vous avez des remarques sur la tenue de ce blog (trop de photos, pas assez, photos mal faites, textes trop longs, trop courts, critiques constructives sur la vidéo, etc) n’hésitez pas à me laisser des commentaires, et j’essaierai de ne pas les ignorer !