Catégorie : Figurines

60226 – La navette spatiale

Tout se passait bien à bord. Ginette regardait avec une attention particulière les différentes jauges pouvant indiquer une surchauffe du système ; mais jusqu’ici tout se passait bien. Les drones envoyés par la mission « Space Bisous » foraient assidument la croute de la planète rouge à la recherche de la moindre trace de communisme. Ginette écoutait dans l’habitacle une compilation des meilleurs discours de Ronald Reagan, car son âme était soumise sans cesse à la tentation de chanter l’internationale, ou d’envahir la Pologne, à la vue de cette terre désolée dont le panorama n’était pas sans rappeler certains quartiers de Stalingrad en 1942.

Lire la suiteCommenter

60224 – La mission d’entretien du satellite

Trouloulou, je sais. Je sais. Je sais. Ça fait un sacré bail depuis le dernier article ! Mais voyez vous je me suis mis en tête de transformer ce que je faisais en une magnifique chaîne YouTube. Je me suis alors mis à rêver et ce de plus en plus grand. J’ai donc fait beaucoup de tests, acheté pas mal de pièces pour faire de beaux décors, etc. Et il s’avère qu’en fin de compte je me suis rendu compte que j’étais aussi et avant tout le père de deux enfants avec tout ce que ça compte comme absence de temps libre, et qu’il me fallait donc devenir stratégique et de rabaisser un chouillas mes envies plutôt que de me retrouver face à un travail qui ne sera jamais achevé et qui au final me fera complétement arrêté.

Lire la suiteVoir 6 Commentaires

6340 – Le camion à échelle

Ah l’Australie ! Glorieux pays aussi souvent en proie aux flammes que je suis en proie à la modestie. Certes les derniers mois ont été plutôt funky de ce côté-là du globe ; cela est certainement dût à la mort de Wolverine qui n’est plus là pour défendre cette contrée magnifique. Dans les plaines australiennes, alors que le kangourou courait après la kangourette, répétant un rituel millénaire de parade nuptiale à base de projection de matière fécale à tout va qui n’est pas sans rappeler ce qu’on peut voir chez l’énarque moyen, le feu a pris tout le monde et par surprise. Je me dis bien que j’aurai pu rentrer dans le potache en rebondissant sur la fin de ma dernière phrase de manière complètement grivoise, mais vous savez bien que ce n’est pas mon style. Ah ça non ! Bref les flammes. Dévastatrices les flammes d’ailleurs. Et qui sait qu’on appelle dans ces cas-là ? Si l’un d’entre-vous me répond « S.O.S. FANTÔME », je ne vous répondrai qu’une chose : « Vous êtes un nerd ! ». Si par contre vous me répondez « Les pompiers bien sûr ! », dans ce cas vous aurez certes raison, mais votre fayotage ne sera pas passé inaperçu pour autant.

Lire la suite

60195 – La base arctique d’exploration mobile

Dans le Nord, le vrai, le froid n’est pas quelque chose qu’on prend à la légère. Ah ça non ! Il y a des nuances, des subtilités dans le froid, qu’on ne découvre qu’après avoir tenu les engelures à distance tout en espérant que la tente ne soit pas défaite par le souffle glacé des bourrasques arctiques. Tous les Mike Horn de la planète savent qu’il ne faut pas défier la nature dans les contrées glacées où seule la camaraderie et la chaleur humaine peuvent sauver d’une mort certaine les âmes en détresse. Dans le Nord il y a tellement de manière de mourir qu’on ne les compte plus, et ce malgré qu’ici bas, nous avons la chance que les morts-vivants que l’on rencontre dans les séries à succès n’existent pas en dehors de l’hémicycle … Mais le Nord n’en a pas besoin. Non, il est la mort à lui seul, il est l’ultime défi et l’ultime voyage pour l’aventurier. Il est aussi une terre riche en ressources comme le bon pétrole des familles que des hommes, à peine plus scrupuleux que le renard face à une poule unijambiste, vont s’empresser de piller, au cas où, on ne sait jamais, foutu pour foutu, autant niquer la planète de haut en bas. Soyons rassurés, Lego n’est pas de ceux-là, et face à l’angoisse générée par les foreurs de permafrost, c’est la science et la recherche qui sont encore et toujours mises à l’honneur chez nos petits bonshommes en plastique. Ça et les gros véhicules qui tournent au gazole et qui driftent sur la banquise.

Lire la suiteCommenter

60150 – Le camion pizza

« Salade, tomate, oignons ? » demande toujours laconiquement le vendeur de sandwichs à emporter et ce que ledit sandwich soit grec, turque, ou amérindien. C’est lors de la prise d’un tel sandwich, perdu quelque part entre mes vingt ans révolus depuis longtemps déjà et la ville d’Aubusson en Creuse, que je me suis rendu compte de l’absurdité de cette question qui en est rarement une. Elle fait partie du rituel de l’habitude comme le pizzaiolo qui vous accueille avec un sourire de pirate en lançant à la cantonade un « Salut, chef ! Comment ça va aujourd’hui ? ». Et là encore la question n’en est pas vraiment une, car nul doute que ledit artisan de la pâte pas assez cuite ne va pas se métamorphoser en psychanalyste de renommée dans la minute qui suivra un « non ! » laconique du client. Il se contentera de grommeler que ça c’est, au hasard, la faute de la gauche, des gilets jaunes, des femmes, ou de tout ce qui à ses yeux est l’œuvre de Satan.

Lire la suiteVoir 2 Commentaires

3178 – L’hydravion

« Mais pourquoi encore un avion ? » Me demande Timothée, 14 ans, « et puis pourquoi un Lego plus récent possède un numéro de lot plus petit que ceux des années 80 ? ». Ah, Timothée… Toi qui est désormais enfermé à double tour dans le réfrigérateur pour calmer ton insolente adolescence, tu pointes du doigts certainement l’un des plus grands mystères de l’univers.

Lire la suite

4433 – Le transport de motos tout-terrain

Nathan fonçait à toute allure entre les tourbières et le terrain traître et marécageux de cette zone du parcours. John et Chuck étaient tous deux tombés ici au dernier tour, et il ne restait plus que lui et Mélanie … La garce ! Elle ne respectait rien. Ni les règles officielles de la course, ni même le respect qu’on doit à ses adversaires. Un coup d’œil dans le rétroviseur suffit à Nathan pour voir qu’elle le suivait de près, de très près. Il braqua à gauche, puis à droite, son bolide grinçant et hurlant à chaque dérapage et à chaque demande de trop de son pilote. Nathan sentait vibrer la machine, il sentait le moteur lancé à pleine vitesse dans la dernière ligne droite. Il sentait gémir les amortisseurs et la carlingue à la moindre bosse, aux moindres soubresauts. Les deux véhicules, si rapides que presque flous, allaient bientôt se toucher.

Lire la suiteCommenter

60181 – Le tracteur forestier

Ambiance brésilienne aujourd’hui. Je sais que je vous avais promis (avec toute la naïveté que ça implique de votre part de me croire en mes promesses, croyance désormais foulée au sol comme un vulgaire contestataire dans les rues de Hong-Kong) un peu d’aviation dans le billet suivant, mais je n’ai absolument aucune parole. J’ai aussi constaté que le set que je voulais tester n’était pas aussi complet que je le croyais, je l’ai donc mis de côté en attendant de trouver les pièces manquantes.

Lire la suiteVoir 2 Commentaires

6693 – Le camion poubelle

On a tous ce souvenir ou cette habitude (pour les plus chanceux d’entre nous) d’un matin où notre sommeil est d’une importance capitale ; et là, sur les coups de cinq heures du matin, on entend ce bruit maudit. « Bip ! Bip ! Bip ! » Fait l’odieux engin en marche arrière. Puis c’est le bruit d’un vérin suivit ensuite d’un « Klong ! Klang ! » caractéristique de deux objets métalliques volumineux qui s’entrechoquent. Et c’est là, juste au moment où vous alliez retrouver le sommeil, que le bruit de trois tonnes de verre se déversant dans une immense benne métallique vous défonce à jamais la moindre chance de vous rendormir. Et pourquoi c’est toujours le lundi matin bordel ?!

Lire la suiteVoir 4 Commentaires

6375 – L’avion postal

John était aux commandes de plusieurs milliers de tonnes de métal vrombissant. Au loin il percevait la côte et la promesse de la fin d’un harassant voyage l’ayant conduit en ces terres maudites des hommes et des dieux. Enfin, il arriverait, et enfin il se reposerait. Teddy était mort, une balle avait traversé le cockpit, et son co-pilote en moins, cela faisait déjà plusieurs heures que John luttait contre Morphée, car sa mission primait sur sa santé. Telle est la dévotion inaltérable d’un vrai américain pour le devoir que lui impose sa patrie chérie ! Bientôt il reverrait Suzie et ses cuisse interminable ! Bientôt il gl…

Lire la suiteVoir 6 Commentaires