Au loin, alors que retentit l’assourdissante sonnerie de la caserne, d’épaisses volutes de fumées noircissent le ciel. Léopold de Granjardin, fils de son éminence le Duc de Granjardin – certes vérolé jusqu’aux ongles mais toujours de ce bas-monde – est sorti de sa rêverie qui l’emmenait quelques secondes auparavant au château de son enfance, par des bruits dans le couloir. C’est Enguerrand et Prune, deux camarades de chambrée, certes simples roturiers tout juste propres, la France n’étant plus ce qu’elle était. Mais depuis que les mécréants on mis à bas le Roi, il faut faire contre mauvaise fortune bon cœur.

Lire la suiteVoir 6 Commentaires